Van Gogh le suicidé de la société

Van Gogh le suicidé de la société est un essai écrit par Antonin Artaud et publié en 1947.

Nous avons traîné en lisant ce livre… Il a été lu en deux ou trois semaines en ne lisant vraiment pas régulièrement. Pourtant il est tout fin, la honte. Voilà ce qui arrive quand nous ne sommes pas concentrés.

Résumé wikipédia (bien plus intéressant et documenté que ce que nous aurions pu faire, excuse nous ce copier-coller) : À l’occasion de l’exposition consacrée à Vincent Van Gogh par le Musée de l’Orangerie en janvier-mars 1947, l’on suggère à Antonin Artaud d’écrire sur le peintre. Ce dernier ne semble pas convaincu de l’intérêt d’un tel essai. Mais la parution de l’ouvrage d’un psychiatre, intitulé Du démon de Van Gogh, le scandalise. Le 2 février, il visite l’exposition. Et, les jours suivants, il rédige Van Gogh, le suicidé de la société. Pour Antonin Artaud, Van Gogh n’est pas fou. Il est au contraire d’une lucidité hors du commun qui ébranle les certitudes de son époque. Entrant en conflit avec la société dans son ensemble, il vit un exil intérieur et une exclusion, ce qui le conduit au suicide. Antonin Artaud montre comment la société tente d’étouffer ceux qui révèlent les secrets et les tares. Van Gogh révèle «d’insupportables vérités», notamment la définition du fou par les psychiatres. La psychiatrie est utilisée afin de museler tous ceux qui ont une parole non orthodoxe. Artaud ne peut s’empêcher d’établir un parallèle entre le parcours du peintre néerlandais, et son propre parcours, interné durant 9 années « comme le pauvre van Gogh », d’où un ton agressif contre la psychiatrie. Parallèlement, cet essai est une réflexion plus générale sur la peinture, et un hommage aux œuvres de Van Gogh.

Notre avis : Nous n’avons pas d’avis. Sauf que nous n’avons pas l’habitude de lire du français comme celui-là. Les phrases sont très longues et parfois difficiles à suivre. Le vocabulaire est très riches, nous avons plusieurs fois dû chercher des définitions. C’était intéressant. Tu ne le sais sûrement pas mais Van Gogh est un de nos peintres préférés depuis le collège. Nous avons même une photo de sa tombe encadrée à la maison (comme celle d’en haut), ah bon tu trouves ça glauque ? Il est enterré avec son frère et leurs tombes sont pleines de lierres, quand nous l’avions visité la guide nous avait dit : « le lierre s’attache ou meurt ». Vu le lien entre les deux frères et la quantité de lierre présente, ça me paraît juste.

Le cœur de l’homme est comme la mer, il a ses tempêtes, il a ses marées et dans ses profondeurs il a aussi ses perles.

Vincent Van Gogh

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s